La ville de Saguenay (Québec) a remporté le Prix du prince de Galles

15/10/2012

L’honorable Pierre Duchesne, lieutenant-gouverneur du Québec, présentera le Prix du prince de Galles pour leadership municipal en matière de patrimoine, lors d’une réception et cérémonie spéciale au lieu historique national de l’église anglicane St. George de Montréal, le 12 octobre 2012 dans le cadre du Sommet national du patrimoine du fondation Héritage Canada (FHC).

Dans l’esprit de son engagement en faveur de l’architecture, de l’environnement et de la réhabilitation des centres-villes, Son Altesse Royale le prince de Galles a accepté d’associer son titre à la création d’un prix octroyé chaque année au gouvernement d’une municipalité qui a longuement fait preuve d’une détermination à conserver ses lieux historiques.

Le jury a choisi la ville de Saguenay en reconnaissance de son engagement à protéger le paysage architectural et urbain d’Arvida, une ville industrielle planifiée exemplaire et unique en son genre, datant des années 1920 (qui fait maintenant partie de la municipalité amalgamée), et de sa volonté d’en assurer la revitalisation par la préservation de son patrimoine.

Arvida a été fondée comme ville mono-industrielle par le millionnaire américain Arthur Vining Davis, président de l’Aluminum Company of America (aujourd’hui Rio Tinto Alcan), en 1925 – en même temps qu’a été érigée son aluminerie. Située à 240 km au nord de Québec et au sud du fleuve Saguenay entre Chicoutimi et Jonquière, Arvida est une ville modèle planifiée dont le quartier le plus ancien, Sainte- Thérèse, a été construit en à peine 135 jours.

À son apogée, Arvida était le plus grand centre de production d’aluminium de l’Occident. Des travailleurs du monde entier y ont été amenés; ils étaient logés près de l’aluminerie et participaient à la production du « métal magique du 20e siècle ».

L’envergure et le caractère du plan urbain d’origine restent évidents aujourd’hui dans la disposition des rues et l’aménagement des paysages bâtis et naturels. Le plan, unique et créatif, comprenait 140 modèles différents de maisons unifamiliales sur des terrains spacieux le long de rues sinueuses bordées d’arbres et agrémentées de parcs, d’écoles et de lieux de culte qui jadis accueillaient l’éventail des employés d’Alcan – depuis les gestionnaires et les professionnels jusqu’aux ouvriers. Les plans de maison innovateurs tiraient bien parti des styles traditionnels du Québec, et les matériaux de construction à base de bois changent agréablement de l’uniformité monotone de la plupart des villes industrielles. Les toits en cloche et à mansardes ainsi que d’autres aspects architecturaux familiers dans la région ont été intégrés à des composantes préfabriquées qui pouvaient être montées rapidement sur les terrains individuels.

Mais ce n’est pas seulement les maisons qui sont intéressantes. Des architectes québécois renommés ont été engagés pour veiller à la conception et la construction de divers bâtiments institutionnels : le manoir Saguenay, des laboratoires de recherche, les bureaux de l’entreprise, le théâtre Palace, l’hôtel de ville, l’hôpital, des églises et des écoles.

En 1975, Arvida a été amalgamée avec les localités voisines de Kénogami et Jonquière pour former la nouvelle ville de Jonquière. En 2002, celle-ci a fusionné avec Lac-Kénogami, Shipshaw, Chicoutimi, Laterrière, La Baie et le canton de Tremblay, l’ensemble devenant la nouvelle ville de Saguenay. Aujourd’hui intégrée à cette plus grande municipalité, Arvida compte quelque 12 000 résidents; son aluminerie et d’autres usines connexes, qui appartiennent maintenant à Rio Tinto Alcan, sont toujours en exploitation.

Pendant plus de 20 ans, les villes de Saguenay et, avant, Jonquière ont énergiquement promu et protégé le paysage architectural et urbain d’Arvida en créant des inventaires des bâtiments, en élaborant des stratégies de mise en valeur et en produisant des publications grâce à l’appui du ministère de la Culture et des Communications du Québec. En 2010, la ville de Saguenay s’est engagée à désigner (en vertu de la Loi sur les biens culturels) trois districts de conservation du patrimoine comprenant 733 maisons et représentant 40 % de la ville modèle d’origine. Elle a aussi offert des programmes de subventions à la restauration et l’entretien des maisons construites par l’entreprise. Résultat, les grandes avenues ornées d’immenses arbres, plusieurs églises, des écoles et un hôpital sont restés intacts.

La communauté participe activement à faire connaître le patrimoine architectural et le paysage culturel uniques d’Arvida grâce à un programme de plaques, des visites à pied, des brochures d’information et des événements axés sur le patrimoine. La protection du secteur résidentiel d’Arvida s’ajoute à celle déjà offerte aux propriétés institutionnelles et commerciales en vertu d’un plan officiel de conservation que la municipalité de Jonquière a adopté en 1999. Uniquement dans les deux dernières années, l’administration municipale de Saguenay a affecté 800 000 $ à ses projets à long terme de revitalisation du district par la protection de son patrimoine.

La conservation d’Arvida a motivé la communauté à protéger fièrement le patrimoine de la région dans son ensemble. Ses membres sont les fiduciaires de sa riche histoire; ce sont eux qui perpétueront et dissémineront les récits du passé.

À la suite de l’amalgamation de tant de municipalités de la région depuis les années 1970, Arvida a dû surmonter divers défis politiques et économiques découlant de l’intégration. Les défenseurs de la conservation du patrimoine ont aussi eu des défis à relever, puisque les intérêts associés aux anciennes petites localités et à leurs biens patrimoniaux ont souvent été subordonnés aux besoins de l’entité politique élargie. Mais la ville de Saguenay a résolu de faire d’Arvida une localité réputée à l’échelle nationale et internationale. Elle comprend qu’Arvida tient une place spéciale dans l’histoire et est un atout unique pour la ville. La revitalisation d’Arvida se poursuit, et Saguenay a de nombreux projets en préparation pour protéger son patrimoine.

twitter